les Huiles essentielles

Huiles essentielles : attention à vos p’tits bouts

Les huiles essentielles : des produits fréquemment utilisés

Pour parfumer la maison ou le bain, mais surtout pour lutter contre les coups de froid de l’hiver ou contre les "bleus", par inhalation, par infusion ou par application locale, les huiles essentielles sont de plus en plus présentes dans nos maisons.

Quelques notions importantes

Certaines Huiles essentielles sont inscrites à la pharmacopée et ont des indications thérapeutiques reconnues, d’autres sont utilisées de manière empirique.

Elles se présentent sous forme liquide, diluées ou concentrées, seules ou mélangées. Celles qui sont potentiellement dangereuses sont commercialisées sous la dénomination « huile essentielle » car elles sont pures. Elles sont contenues également dans certains produits (Vicks vaporub®, baume du tigre®, Synthol®, baume Saint Bernard®,…) diluées grâce à de l’alcool ou des solvants qui ont une toxicité spécifique.

On les trouve en pharmacie mais aussi en grande surface ou en magasin spécialisé. Malgré cette vente libre, les huiles essentielles ne sont pas dénuées de risques.

Elles peuvent être considérées parfois à tort comme inoffensives car naturelles et extraites des plantes. Cependant une très petite quantité (une cuillère à café) peut entraîner une intoxication sévère et des signes neurologiques, notamment chez les enfants.

Les huiles essentielles peuvent être dangereuses pour tous mais certaines personnes sont plus sensibles, notamment celles ayant des antécédents d’épilepsie ou de convulsions, ainsi que les enfants. De manière générale, les huiles essentielles sont contre-indiquées chez la femme enceinte.

Quelques huiles essentielles et leurs utilisations les plus couramment rencontrées

Arbre à thé (tea tree – melaleuca alternifolia) = ses actions sont multiples : anti-bactérien, anti-acnéique, antimycosique, antiseptique, antiviral, contre les poux.

Camphrier (camphre)= douleurs articulaires, voies aériennes encombrées

Cannelle= antiseptique, tonique

Eucalyptus (eucalyptol) = propriétés antibactériennes, expectorantes, dégage les voies respiratoires.

Girofle (eugénol) = propriétés antalgiques, utilisées surtout en dentisterie.

Lavande = elle est calmante et relaxante en cas de stress, elle est aussi spasmolytique, antibactérienne et antifongique. Elle est insectifuge.

Menthol = décongestionnant, antiprurigineux, relaxant.

Orange douce= antiseptique aérien, calmant, tonique digestif

Pin = effet anti-inflammatoire, atténuation des symptômes de l’asthme, efficacité sur les symptômes de l’insuffisance veineuse chronique.

Romarin = utilisé dans le traitement symptomatique de troubles digestifs, pour faciliter les fonctions d’élimination urinaire et digestive, en cas de nez bouché, ou pour l’hygiène buccale. Propriétés antiseptiques et cicatrisantes.

Thym = anti-inflammatoire et anti-septique, il a aussi des propriétés antibactériennes, antivirales et antifongiques.

Wintergreen (gaultheria procumbens) = anti-inflammatoire, elle soulage les douleurs de tendinites, d’arthrose et rhumatismes. Elle est décontractante lors de crampes.

Ylang-ylang= clamant respiratoire et cardiaque, affections cutanées

L’expérience du centre antipoison de Lille et les risques principaux

Depuis 2000, on observe une augmentation du nombre d’appels pour des intoxications aux huiles essentielles. Pour mémoire, en 2011 le centre antipoison a reçu 211 appels concernant ces Huiles essentielles.

Le risque principal des huiles essentielles lors d’une ingestion est la survenue de crises convulsives. Les autres symptômes neurologiques peuvent être une agitation ou au contraire une somnolence, des signes d’ébriété, des troubles de l’équilibre ou des hallucinations. Peuvent aussi survenir des complications respiratoires ou digestives (toux persistante, irritation de la gorge, douleurs digestives, nausées, vomissements, diarrhées,…). Les symptômes d’intoxication peuvent survenir dans les 30 minutes à 4 heures suivant l’ingestion.

Un flacon laissé sur une table, à côté de la baignoire ou à portée de main de l’enfant, une minute d’inattention et un accident est vite arrivé.

Conduite à tenir :

  • En cas d’ingestion : Ne pas faire vomir !!! Ne pas donner de lait. Que l’enfant ait ingéré des huiles concentrées ou diluées, qu’il ait juste mis les mains à la bouche ou bu le flacon, pas d’hésitation : appeler le centre antipoison au numéro Vert 0800.59.59.59.
  • En cas de projection oculaire ou cutanée : Rincer abondamment et téléphoner au centre antipoison.
  • Dans tous les cas, ne pas hésiter à téléphoner au centre antipoison au 0800.59.59.59 ou au Samu (composer le 15) en cas de symptômes (troubles respiratoires, de la conscience ou digestifs). Lors de votre appel, bien préciser si l’enfant a des antécédents de convulsions ou d’épilepsie, ainsi que les symptômes présents.
  • Un contact cutané prolongé peut entraîner une sensibilisation (rougeurs, démangeaisons), notamment avec les huiles essentielles d’angélique, de ciguë, de fenouil, d’orange, de citron ou encore de bergamote. Il convient alors d’arrêter l’utilisation et de consulter un médecin généraliste.

Quelques conseils

Quelques règles simples à suivre pour éviter les accidents :

  1. Conserver les flacons correctement fermés
  2. Utiliser si possible des flacons avec des bouchons de sécurité
  3. Ranger les flacons immédiatement après utilisation
  4. Eviter de placer les diffuseurs et les flacons à des endroits accessibles aux enfants (table basse du salon par exemple) ; toujours les placer en hauteur, hors de leur portée.
  5. Ne pas conserver d’huiles essentielles dans des flacons autres que ceux d’origine (ne pas déconditionner)
  6. Ne pas retirer les étiquettes des flacons
  7. Ne pas utiliser chez l'enfant de moins de 36mois