Tentatives de suicide chez les enfants : 2000-2010 centre antipoison de Lille

Les tentatives de suicide chez les enfants : receuillies au Centre Antipoison de Lille du 1er janvier 2000 au 31 décembre 2010

Les tentatives de suicide chez les enfants représentent un problème de Santé Publique souvent méconnu. C'est un signe d"appel qu'il ne faut pas négliger et qu'il faut prendre en charge.

Il est difficile d'avoir des chiffres précis sur le nombre de tentatives de suicide, mais c'est un phénomène en constante augmentation notamment chez les jeunes filles.

Données du Centre Anti Poison de Lille

L'étude est réalisée à partir des données du Centre Anti Poison de Lille (appels de toute la France, essentiellement le Nord-Pas de Calais, la Picardie et la Haute Normandie). Entre le 1er janvier 2000 et le 31 décembre 2010, on recense 5141 cas de tentatives de suicides chez l'enfant, entre 7 et 14 ans.

1) QUI ?

On constate que les tentatives de suicide des enfants sont beaucoup plus fréquentes chez les filles. Sur 5141 appels, 4263 étaient pour des filles, soit 82.9% ou 4.8 filles pour 1 garçon.

Répartition des tentatives de suicide en fonction du sexe:

Dans cette étude, l'âge minimal était de 7 ans, et on s'arrêtait à 14 ans (les adolescents plus âgés étant considérés comme adultes).

Les tentatives de suicide chez le jeune enfant (7 à 10 ans) représentent une faible proportion de cas (1.8%) mais elles existent.

57% des tentatives de suicide concernent des enfants de 14 ans.

2) QUAND ?:

On constate une nette augmentation des tentatives de suicide entre 2000 et 2010. C'est un phénomène qui est de plus en plus fréquent.

Concernant la période, on remarque que les tentatives de suicide sont plus fréquentes en Janvier, mars, mai, juin et novembre. On peut se demander si le stress des examens ne joue pas un rôle dans ces chiffres. En été, les cas sont plus rares.

Dans la semaine, les jours où le nombre de tentatives de suicide est le plus important sont : le lundi, le mardi et le jeudi. On constate moins de cas le vendredi et le samedi.

Au niveau des horaires, les passages à l'acte se font plutôt le soir, notamment entre 17h et 22h (46.3%).

Répartition des tentatives de suicide en fonction de l'heure

3) Où ?:

Dans 93% des cas, les tentatives de suicide ont lieu au domicile de l'enfant. Les passages à l'acte à l'école ou en milieu extra scolaire sont rares (2.6%).

Les appels reçus au Centre Anti Poison sont majoritairement hospitaliers (médecins, infirmiers).

4) COMMENT ?:

On recense plus de 10000 produits utilisés à des buts suicidaires sur nos 5141 cas. Il s'agit souvent d'intoxications multiples comprenant des médicaments (94.5%), des produits commerciaux type eau de javel ou produits ménagers (1.9%), mais aussi des cosmétiques ou des produits alimentaires et boissons (notamment l'alcool).

Concernant les médicaments, les plus utilisés sont :

-Les médicaments du système nerveux dans 52% des cas :

Ø Les psycholeptiques :

-anxiolytiques type Bromazepam (Lexomil®), Alprazolam (Xanax®) ou Hydroxyzine (Atarax®)

-antipsychotiques type Cyamemazine (Tercian®)

-sédatifs type Zolpidem ou Zopiclone

Ø Les antalgiques type Paracétamol (plus ou moins associé à d'autres molécules)

Ø Les antidépresseurs

-Les médicaments du métabolisme et du système digestif dans 13% des cas :

Ø Les anti-spasmodiques et anti-cholinergiques type Débridat®, Spasfon®

Ø Les anti-émétiques type Dompéridone (Motilium®)

Ø Les anti-diarrhéiques type Lopéramide (Tiorfan®, Imodium®)

-Les médicaments du système musculo-squelettique dans 13% des cas :

Ø Les anti-inflammatoires type Ibuprofène, Kétoprofène (Biprofenid®) ou Flurbiprofène (Antadys®)

Ø Les relaxants musculaires type Tetrazepam (Myolastan®)

-Les médicaments du système respiratoire dans 6.6% des cas :

Ø Les anti-histaminiques type Cetirizine (Zyrtec®), Alimenazine (Théralène®) ou Doxylamine (Donormyl®)

Ø Les décongestionnants nasaux type Pseudo-éphrédine (Rhinadvil®)

Ø Les médicaments contre l'obstruction des voies aériennes type Fenspiride (Pneumorel®) ou Montekulast (Singulair®)

Ø Les préparations pour la gorge type Bacitracine (Oropivalone®)

-Les médicaments anti-infectieux dans 4.1% des cas :

Ø Les Béta-lactamines type Amoxicilline (Clamoxyl®)

Ø Les Macrolides type Spiramicyne (Rodogyl®)

-Les médicaments du système hormonal dans 1.4% des cas

5) GRAVITE:

Sur tous les cas recensés

- 2092 enfants étaient asymptomatiques (40.7%)

- 2538 ont eu des symptômes faibles régressant spontanément (49.4%)

- 4 enfants sont malheureusement décédés (0.08%)

Le suicide chez l'enfant est un signe d'appel qu'il faut savoir reconnaître. Un enfant qui tente de se suicider doit être pris en charge et hospitalisé.

Les antécédents personnels et familiaux de tentatives de suicide et l'expression d'une idée suicidaire chez un enfant sont des facteurs de risque de passage à l'acte.

crédit photo: http://www.photo-libre.fr/