Magazine n°49: le lait n'est pas un antidote!

En cas d'ingestion de médicament, de produits ménagers ou de plantes...

LE LAIT n'est pas un antidote!

Dans l'esprit de nos grands-parents mais aussi chez les plus jeunes, il est courant de donner du lait lorsqu'un jeune enfant s'est "intoxiqué" ou a avalé un produit ménager. Sans avoir de prétentions historiques, nous avons cherché des indices pour situer cette pratique au niveau de notre région Nord Pas-de-Calais et en France.

Entre histoire et mythologie...
Le lait est un aliment courant dans notre vie de tous les jours, mais nous ne nous rendons pas toujours compte de son importance dans l'histoire. En effet, le lait est ancré dans les mythologies... la voie lactée des Hindous ou des grecs, boisson d'immortalité chez les celtes et curative pour les druides. Le lait est symbole de pureté : blancheur, féminité, origine de la vie...
De ce fait, le lait revêt une importance particulière à nos yeux lorsqu'une personne "s'intoxique" en avalant un poison par mégarde.


Chez les égyptiens: le lait, y compris le lait de femme, servait de base à la préparation de potions pour incorporer des médicaments. Pharaon, allaité par une déesse, accède aux capacités utiles au pouvoir.
Chez les grecs: dans la mythologie, le lait d'Héra donne l'immortalité aux enfants de Zeus. Heraklés ou Hercule, héros grec aux douze travaux, a essayé de boire son lait mais il réveilla Héra et les gouttes qui tombèrent de son sein donnèrent naissance à la voie lactée...
On signale que l'usage du lait ou petit-lait était courant chez les médecins contemporains d'Hippocrate
Chez les romains:
le lait de chèvre, mais aussi d'ânesse et de brebis est très utilisé, le lait de truie utilisé également en médecine.
Les fondateurs de Rome ont bu le lait d'une louve: symbole de ténacité, de force

Le roi Mithridate, qui vécu au nord de la Turquie actuelle, défia les romains. Il testait les poisons pour s'en protéger et se nourrissait de divers laits: Homère nomma les habitants de ces contrées les Galactophages.

*plus proche de nous:
- Dans les mines du Nord ou de l'est de la France: la distribution de lait aux mineurs donne une" meilleure santé " et une "résistance" à la maladie qu'est la silicose;
- Le lait pendant le front populaire à partir de 1936:
voir ci-dessous des images d'époque:
distribution de lait dans les mines : "la goutte de lait"

photo du site "histoire de chtis"

Robert, la Distribution de lait

distribution dans les prisons : Hubert Robert, la Distribution de lait [à la prison de Saint-Lazare, à Paris], 1794. Huile sur toile. Musée Carnavalet, Paris.



voir aussi sur l'encyclopédie Encarta la Distribution de lait à l'école (France, 1954)

Diderot et d'Alembert quant à eux écrivent dans le Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers:

"le beurre et le lait de vache pris en grande quantité font de bons antidotes contre l'arsenic".

Cela a pu donner naissance à la recherche du lait comme antidote aux poisons et donc à la croyance populaire que le lait est un contrepoison. Le centre antipoison retrouve ce phénomène dans l'habitude de donner du lait lors d'une ingestion accidentelle. Dans les années 60 des campagnes de sensibilisation on visée à faire comprendre que le lait n'est pas un antidote, au contraire il ne faut pas donner à boire en cas d'ingestion accidentelle de produit toxique! Voyons ensembles les explications.

Pourquoi ne faut-il pas donner de lait lors d'une intoxication?
le lait n'est autre que de la graisse en suspension dans de l'eau. Les toxiques circulent dans le sang d'autant mieux qu'il y a des graisses dans l'estomac et se fixent encore mieux là où sont les graisses. Dans les muscles et dans le cerveau!
De plus, il ne faut pas faire boire: ni d'eau ni de lait car il y a risque de faire vomir la personne ou l'enfant, ce qui ferait passer le liquide dans les poumons.
Faire boire, c'est risquer d'aggraver une situation qui n'est peut être pas grave au départ.


les produits laitiers ... sont nos amis! oui mais pas en cas d'intoxication.


Prévention:

*garder les emballages d'origine: l'étiquette sert à protéger et à identifier le produit avalé.

*avoir chez soi un pansement gastrique : de type Smecta(R) ou gel de polysilane à pouvoir anti-moussant.

Ce pansement pourra être donné sur le conseil d'un médecin du centre antipoison mais dans certains cas seulement; ce n'est pas général aussi il faut toujours demander un avis médical!

*ne pas faire boire ni eau ni lait avant d'avoir expliqué la situation à un médecin



sources et lectures complémentaires:
- sur Herakles : http://jfbradu.free.fr/GRECEANTIQUE/themes/mythologie/heracles.htm
-"le lait nectar divin ...poison malin?": http://www.sge-ssn.ch/f/imprimes/revue_tabula/annee_1998/4_1998/a_la_loupe_tabula_4-1998.pdf
- la thériaque de Mithridate
http://www.cidilait.com/produits_laitiers9.0.html?&i=0&j=1
-connaissances de la voie lactée jusqu'à nos jours: http://lpce.cnrs-orleans.fr/~theureau/Histoire_gt_1.pdf
-1936 : distribution de lait dans les usines en Isère: http://www.patrimoine-en-isere.fr/Commun/docs/1/Doc464.pdf
- le lait dans les mines: "la goutte de lait": http://www.histoires-de-chtis.com/index-photo-4990-Photos_la-''goutte-de-lait''.php
-DICTIONNAIRE des antiquités grecques et romaines université de toulouse
http://dagr.univ-tlse2.fr/sdx/dagr/feuilleter.xsp?tome=3&partie=2&numPage=6&filtre=lait&nomEntree=LAC